David Stanfield,  l'homme des bannières de Out Of Our Minds Banners

Select your preferred language. Selecciona tu lenguaje preferido. Wählen Sie Ihre bevorzugte Sprache. Sélectionne la langue voulue.

 

Click/touch anywhere to close.

Que dirait Luther?

Posté le 28 mars, 2016 par David Stanfield

Je ne cite normalement pas les vues d’un athéiste auto-proclamé et de supporters du mariage pour ceux de même sexe; pourtant je pense que tu vas être encouragé par ce que j’ai à partager. Nous devons nous lever pour ce que nous croyons et ne pas être réduits au silence par la peur ou la médiocrité.

What would Martin Luther say? Le réformateur Martin Luther (1483-1546), qui a traduit la Bible en allemand en 1545 et a défié le statu quo parmi le peuple de Dieu pendant toute sa vie, a encouragé les croyants à s’élever contre l’opposition. Il les a exhorté en accord avec les paroles de Christ dans Matthieu 10:32 (version amplifiée) « C’est pourquoi, chacun qui se déclarera publiquement pour Moi et Me confesse (à partir d’un état d’unité avec Moi), Je Me déclarerai aussi pour lui devant Mon Père qui est dans le ciel et le confesserai (que j’habite en lui). »

La conviction de Luther était que même si nous sommes publiquement ouverts sur presque chaque aspect de notre foi chrétienne mais que nous choisissons de ne pas admettre notre croyance sur un seul point de doctrine (par exemple Israël, l’avortement, l’homosexualité) par peur de ce qui pourrait nous arriver si notre conviction sur ce point devenait connue, nous somme effectivement en train de renier Christ, point.

Sa citation peut être traduite en gros par: « Si je professe avec la voix la plus forte est l’expression la plus claire chaque portion de la vérité de la parole de Dieu excepté précisément ce petit point que le monde et le diable attaquent en ce moment, je ne confesse pas Christ, peu importe la hardiesse avec laquelle je dis que je confesse Christ. » - Martin Luther.

Bon, voilà maintenant les récents commentaires de l’athée ici en Australie.

Brendan O’Neill est récemment apparu dans un programme «Q&R» de la Australian Broadcasting Commission. Voici une version un peu abrégée de la «lettre ouverte» qu’il a écrite après.

Quelque chose de terrifiant s’est passé pendant les cinq dernières années : une croyance qui était vraie pour virtuellement tous les êtres humains pendant des siècles a été requalifiée de bigoterie, quelque chose qui ne peut plus être exprimé dans la société polie. Cette croyance est que le mariage est quelque chose qui se passe entre un homme et une femme, … l’idée que le mariage est l’union de sexes opposés. Ceci était une fois vu comme un point de vue parfaitement normal. Maintenant, en un clin d’œil historique, ça a été dé-normalisé, et avec une telle férocité et vitesse que quiconque encore assez courageux pour l’exprimer court le risque d’être éjecté de la vie publique. Considérez le « Q&R » de ABC la semaine passée, et la réponse furieuse à son sujet. L’émission était inhabituelle depuis le commencement parce qu’elle annonçait non pas un mais deux sceptiques du mariage gay : Kay Faust, une chrétienne américaine, et moi, un britannique sans dieu.

J’ai avancé l’argument que le mariage gay semble maintenant jouer le même rôle que Dieu a joué 200 ans auparavant: quiconque n’y croyait pas n’avait pas le moindre espoir d’avancer dans la vie publique. Il y avait un climat conformiste qui choquait, ai-je dit, avec les critiques du mariage gay qui frisaient la démonisation, le harcèlement et, dans certains cas, l’expulsion de la société décente. Considérez Brendan Eich, licencié de son poste de cadre supérieur de Mozilla à cause de sa croyance dans le mariage traditionnel. Ou tous ces magasins chrétiens de gâteaux assiégés par des activistes pour les droits des gay exigeants qu’ils fassent des gâteaux gays. De la persécution religieuse du 21e siècle. La réponse é mes commentaires, sur Twitter et dans certains médias, prouvent ce que je dis. Cela peut être résumé par : « Comment oses-tu dire que la campagne pour le mariage gay est intolérante, toi le bigot ! Hors d’Australie ! » « L’ironie » ne commence même pas à couvrir ça.

Le sénateur travailliste Sam Dastyari, aussi dans les invités du « Q&R », a accusé Faust d’être « pleine de haine » et de raconter du blablabla chrétien évangélique. Or tout ce qu’elle a dit c’est que le mariage devrait être entre un homme et une femme et que les enfants ont un droit de connaître leur père et leur mère. La démonisation de Faust montre comment le point de vue chrétien a été tordu en une sorte de langage da haine. Quelque chose qui était une façon de voir standard il y a quelques années est maintenant traité comme une pathologie…Ensuite il y a eu Twitter, qui est entré en ébullition à propos de mes commentaires et ceux de Faust. Nous sommes des bigots, des haineux, des moins que rien, « vomissant notre bile » ; on devrait nous renvoyer.

…Est-ce que les vues de Faust sont vraiment si controversées ? La plupart des gens seraient d’accords que les enfants devraient idéalement connaître leur maman biologique et leur papa. En fait, des enfants adoptés cherchent souvent leurs parents biologiques, croyant que ça leur aidera à faire sens de qui ils sont. Peut-être qu’ils sont aussi des bigots ? …ce que nous avons ici est la colonisation de la vie publique par une couche élitiste de la société – la classe de bavardage – et l’expulsion vigoureuse de tout ceux qui ne plient pas le genou devant leurs orthodoxies. Que vous soyez quelqu’un qui n’est pas d’accord avec le changement climatique, un sceptique du multiculturalisme, ou le moins que rien quelqu’un qui croit en le mariage traditionnel, vous êtes clairement fou et vous devez être rejeté.

L’impact social de ce libéralisme anti-libéral sera terrible. Toute une partie de la société – les vieux, les religieux, les traditionalistes – se sentiront comme des lépreux moraux dans leur propre pays, se tairont volontairement de peur d’être, eux aussi, étiquetés comme affreux. Le débat actuel sur le mariage entre gens de même sexe est unilatéral, explosif, même violent. Dans une mouvement d’ouverture et d’avancement, on fait de plus en plus taire le côté qui soutient les lois prédominantes et les conventions.

Et le débat sur le mariage gay dans des forums publics n’est en rien équilibré – comme on le voit dans le fait d’abandonner les annonces qui en appellent à une discussion mature sur les conséquences possibles du mariage gay par les réseaux commerciaux et le rabaissement féroces de Kathy Faust, partisane du mariage traditionnel, dans le programme de « Q&R ». Des vues réfléchies, conservatives, démodé, peuvent être impopulaire dans la foule, mais elles sont encore valables. Dans un pays libre, elles méritent d’être entendues. En fait, on se moque de ceux qui osent parlr en faveur des lois actuelles du mariage avant qu’ils n’aient pu s’exprimer complètement. Pire, l’intolérance s’abat d’une manière jamais vue auparavant sur ceux qui expriment ces vues. Ils sont menacés, diffamés, molestés verbalement. Est-ce que ce n’est pas des nuances de cette même intolérance communautaire que ceux qui soutiennent le mariage pour des gens de même sexe et l’intégration raciale et religieuse luttent pour la désintégrer.

La pression sociale est paralysante. Et c’est souvent l’opinion libérale qui est la plus forte et la plus rauque. Un exemple des Etats-Unis, à qui nous sommes mariés culturellement pour le meilleur et pour le pire, illustre le dilemme où nous nous sommes mis : un jugement en appel a décidé que les croyances religieuses d’un boulanger du Colorado n’étaient pas une raison acceptable pour qu’il refuse de faire un gâteau de mariage pour une noce d’un couple gay. Et ceci malgré que ce boulanger Jack Phillips ait donné des évidences qu’il n’était pas engagé dans de la discrimination à orientation sexuelle parce qu’il était content de servir des clients gay et de leur faire toutes sortes de gâteaux sucrés – juste pas un gâteau de mariage parce que ses convictions religieuses signifiaient qu’il croyait que le mariage en tant que tel devrait être entre un homme et une femme. De façon intéressante, la cour du Colorado a jugé que c’était ok pour trois autres boulangeries de refuser de faire des gâteaux avec des versets religieux dessus.

Pour être clair: je (Brendan O’Neill) soutient le droit légal pour des couples de même sexe de se marier s’ils le désirent. Cela ôte des divisions dépassées, c’est juste et c’est le moment. Et j’ai des craintes en ce qui concerne l’augmentation dans notre pays de l’élément radical de l’Islam, une religion qui est très différente de nos lois judéo-chrétiennes solides comme du roc. Mais je crois aussi que pour que nous puissions réellement progresser, nous devons être capable d’avoir des débats respectueux, informés, civilisés. Et pour que cela puisse se faire, nous devons accepter qu’il y a des vues différentes, sincères et qu’une discussion mature ne veut pas dire écraser quelqu’un et le forcer dans un silence apeuré s’il n’est pas d’accord avec vous. Il y a une centaine d’années, une biographe anglaise Beatrice Hall, a résumé la notion du philosophe français du Siècle des Lumières,Voltaire : « Je désapprouve ce que tu dis, mais je défendrai jusqu’à la mort ton droit de le dire. » Dans ces affaires de changements sociaux et légaux massifs, nous ferions bien de suivre cette indication.

La marée va tourner - Dieu ne va pas être vaincu! Ne te tais pas

Source: compilation de matériel de Australian Prayer Network and Creation.com

Posté le 28 mars, 2016 par David Stanfield

Tes commentaires et réflexions sont les bienvenus par courriel david@davidstanfield.com

David Stanfielddavid@davidstanfield.com